• Rechercher
pret immobilier

Vente en l’état futur d’achèvement (VEFA) : comment ça marche ?

Quand on veut devenir propriétaire, un choix est à faire. Faut-il acheter dans le neuf ou dans l’ancien. Pour avoir la garantie d’un bien parfaitement isolé et surtout sans travaux, de nombreux futurs acquéreurs se tournent massivement vers le neuf et sur la VEFA. Qu’est-ce que c’est et comment la financer ?

C’est quoi la VEFA ?

Il s’agit bien entendu d’un acronyme pour Vente en l’Etat de Futur Achèvement. L’acquéreur achète un bien qu’il ne voit que sur plan. Il n’est donc pas encore sorti de terre.

La VEFA est un contrat que fait signer un promoteur immobilier à des acheteurs. Ce document est une garantie pour le futur propriétaire qui est assuré d’avoir son logement, même si le promoteur ne peut plus, pour une raison donnée, assurer la fin de la construction.

Un promoteur est un professionnel qui se charge de trouver des emplacements idéaux pour des constructions au regard des attentes des futurs acheteurs potentiels (zone bien desservie par des axes routiers et/ou des transports en commun, proximité de commerces et d’écoles etc…).

L’achat immobilier ne se fait pas en une seule fois, mais en plusieurs mensualités grâce à un échéancier qui est décidé par le promoteur. Quand le logement est achevé, la dernière partie de la somme est à verser.

Le marché de la construction fait partie des priorités gouvernementales, ainsi que les normes thermiques. Pour ce faire, le futur propriétaire, peut, si son imposition est lourde, se tourner vers des dispositifs défiscalisant.

Comment obtenir un prêt pour un bien vendu en l’état futur d’achèvement ?

Pour pouvoir financer une VEFA, il faut le plus souvent passer par un crédit immobilier. Ce type de projet est intéressant à plus d’un titre pour l’acquéreur qui va devoir s’acquitter de frais de notaire moins importants. En effet, alors qu’ils sont en moyenne de 8% dans l’ancien, ils sont entre 3 et 4 % dans le neuf.

La personne ou le ménage peut demander un Prêt à Taux Zéro à hauteur de 40% du prix de vente du bien en VEFA, à coupler avec le reste d’un prêt classique.

Il n’empêche que, selon le prix du futur appartement ou de la future maison; il faudra pouvoir obtenir un prêt auprès d’un établissement bancaire. La demande et l’examen de la situation financière restent alors classiques. La banque, quel que soit le type d’achat ou de montage financier, ne veut prendre aucun risque.

Il faut prouver que l’on peut, au regard de ses ressources, de ses charges et donc de son taux d’endettement, répondre aux exigences de remboursement du prêt. Il est possible, pour cela de démarcher les banques ou de demander l’aide d’un courtier en crédit immobilier.

Après validation de la faisabilité de la VEFA, il peut trouver la meilleure banque pour le crédit immobilier. Mieux vaut, en effet, avoir une offre attractive au niveau du taux d’intérêt, pour faire des économies substantielles qui viendront s’ajouter à celles réalisées sur le poste de dépense du notaire.

Rate this post