• Rechercher

Comment rentrer dans un crédit immobilier déjà en cours?

Après une séparation ou un divorce, de nouveaux liens familiaux peuvent voir le jour. Dans le cas où le nouveau conjoint désirerait devenir co-emprunteur d’un prêt immobilier engagé lors de la précédente union, plusieurs solutions peuvent être envisagées. Le point sur les différentes manières de rentrer sur un crédit immobilier déjà en cours.

Le rachat de soulte

Suite à une séparation, le rachat de soulte est la solution recommandée par les notaires pour sa transparence juridique et financière. Cette opération financière consiste à racheter à son ex-conjoint tout ou partie de son bien immobilier afin de pouvoir conserver celui-ci entier, mais aussi dans le cadre d’une nouvelle union. Cette option permet d’éviter des montages complexes pouvant occasionner de lourds frais fiscaux. Le montant de la soulte est calculé sur la valeur actuelle du bien et la part détenue par l’ex-conjoint. Pour connaître la valeur du bien et celle de la soulte, il est indispensable de solliciter des experts immobiliers comme les notaires ou les agents immobiliers pour estimer le bien en question. Le rachat de soulte se fait devant le notaire et comprend le paiement de divers frais, dont les frais de notaire, le droit de partage et les éventuelles pénalités de remboursements anticipés. Le paiement de ces frais incombe à la personne qui rachète la soulte. Les explications pour intégrer un crédit immo vous permettent d’en savoir plus sur l’opération avant de vous décider.

L’indivision

Il est également possible de procéder à l’indivision et ensuite à la vente des 50 % du bien immobilier au nouveau conjoint. L’indivision est une solution permettant d’acheter un bien à deux ou à plusieurs. Chacun est propriétaire du bien à hauteur de sa contribution dans le financement de celui-ci et chaque indivisaire doit régler les dettes de l’indivision proportionnellement à sa quote-part. Le nouveau conjoint devient alors propriétaire de la moitié du logement par le biais de cette procédure qui ressemble à celle de l’achat classique. Il devra payer des frais de notaire, des frais de garantie de caution mutuelle ou d’hypothèque et des frais de dossier. Le vendeur, ou l’ex-conjoint, devra s’acquitter de la part équivalente de crédit, des pénalités de remboursement anticipé et procéder à une main levée dans le cas où la garantie initiale porterait sur une sûreté réelle comme une hypothèque ou un privilège de prêteur de deniers.

Le rachat de prêt immobilier

Le rachat de prêt immobilier est une opération bancaire où une banque concurrente rachète votre crédit immobilier en cours en le soldant par un remboursement anticipé. Vous ne serez plus lié par d’autres conventions de prêt que par celle contractée avec la nouvelle banque et ce prêt concerne le capital restant dû du prêt initial. Le rachat de crédit est le bon moment pour renégocier les conditions de votre emprunt et le moment opportun pour ajouter un co-emprunteur. Vous avez la possibilité d’obtenir un taux d’intérêt plus favorable. Les conditions comme la modularité, la suspension dans les paiements ou l’exonération en cas de remboursement peuvent être améliorées. En fonction de votre situation, vous pouvez demander l’augmentation ou la réduction du montant de votre mensualité. La réduction de la mensualité vous fait gagner en pouvoir d’achat, mais suppose un rallongement de la durée de remboursement du crédit donc, l’augmentation du coût global du prêt. L’augmentation de la mensualité diminue la durée de remboursement et aussi le coût global du prêt. Vous devez savoir que le rachat de crédit n’est pas toujours bénéfique au souscripteur. Avant de vous engager, une étude minutieuse au préalable est requise. Procéder à une simulation de rachat de crédit vous donnera l’occasion d’avoir une idée sur le montant de votre future mensualité.

Rate this post